Première page

Les États-Unis s'ouvrent au marché de la "viande cultivée" : le dernier feu vert des autorités sanitaires est arrivé

Le gouvernement fédéral américain a autorisé la commercialisation de viande de poulet cultivée en laboratoire. Le ministère américain de l'agriculture a en effet inspecté et approuvé les systèmes de sécurité des usines de "Upside Foods" et de "Good Meat".

Cette décision pourrait avoir des conséquences importantes, car elle ouvre un nouveau marché pour la viande qui ne nécessite aucune souffrance animale. Elle nécessite également beaucoup moins de matières premières pour sa création et n'a pas besoin d'utiliser les milliers d'hectares de terre que nécessitent les élevages d'animaux.

Bien entendu, de nombreuses questions restent en suspens, en premier lieu celle de la viabilité économique. En effet, dans d'autres parties du monde (voir Singapour), la viande cultivée existe depuis des années, mais la production n'est pas suffisante pour garantir un bénéfice et donc une viabilité financière à long terme. Quoi qu'il en soit, la voie semble tracée pour une révolution, aussi et peut-être surtout culturelle, qui aura lieu dans les prochaines années.

Freepik
États-Unis : Les autorités autorisent le commerce de viande cultivée
Le gouvernement fédéral américain a autorisé la commercialisation de viande de poulet cultivée en laboratoire. En effet, le ministère américain de l'agriculture a inspecté et approuvé les systèmes de sécurité des usines de "Upside Foods" et de "Good Meat".
Freepik
États-Unis : Les autorités autorisent le commerce de viande cultivée
Cette décision pourrait avoir des conséquences considérables, car elle ouvrirait un nouveau marché pour la viande qui ne nécessite aucune souffrance animale. Elle nécessite également beaucoup moins de matières premières pour sa création et n'a pas besoin d'utiliser les milliers d'hectares de terres que nécessitent les élevages d'animaux.
Freepik
États-Unis : Les autorités autorisent le commerce de viande cultivée
De toute évidence, de nombreuses questions restent en suspens, en premier lieu celle de la viabilité économique. En effet, dans d'autres parties du monde (voir Singapour), la viande cultivée existe déjà depuis des années, mais la production n'est pas suffisante pour garantir un bénéfice et donc une viabilité financière à long terme. Quoi qu'il en soit, la voie semble tracée pour une révolution, aussi et peut-être surtout culturelle, qui aura lieu dans les prochaines années.
Freepik
États-Unis : Les autorités autorisent le commerce de viande cultivée
En novembre déjà, les deux entreprises (en plus de Joinn Biologics, qui collabore avec GM) avaient reçu l'autorisation de production de l'Agence fédérale de sécurité alimentaire, une autre agence fédérale de santé. Plus précisément, la nouvelle viande cultivée qui est sur le point d'entrer sur le marché américain sera du "poulet" en ce sens qu'elle aura le goût du poulet, la texture et l'apparence du poulet mais, en fait, ce ne sera pas du poulet, du moins tel que nous avons l'habitude de l'imaginer aujourd'hui.
Freepik
États-Unis : Les autorités autorisent le commerce de viande cultivée
Certains chefs étoilés des États-Unis commencent déjà à réfléchir à l'utilisation de ce nouveau type de viande et ont déjà passé d'importantes commandes auprès des fabricants. Parmi les chefs les plus célèbres, rapporte le journal italien "Repubblica", on trouve Dominique Crenn, trois étoiles Michelin dans le centre de San Francisco, et José Andres, connu pour ses efforts en matière d'environnement et d'action humanitaire.
Informativa ai sensi della Direttiva 2009/136/CE: questo sito utilizza solo cookie tecnici necessari alla navigazione da parte dell'utente in assenza dei quali il sito non potrebbe funzionare correttamente.